Voir tous les métiers

Devenir Story-boarder

Avant tout tournage d’un film, d’un court métrage ou la réalisation d’un dessin animé ou d’un jeu vidéo, le story-boarder intervient pour donner à voir en croquis, les différents plans, séquences et enchaînement. Le métier de story-boarder s’exerce donc à la frontière entre illustration et animation, entre scénario et réalisation. Un métier pivot dans lequel il est possible de se spécialiser au sein de l’école de graphisme CIFACOM.
Le métier de story-boarder : de l’idée à l’image

Les story-boarders peuvent travailler de différentes manières en fonction de leur domaine d’expertise.

Dans une production cinématographique ou télévisuelle, ils interviennent avant le tournage : leur rôle consiste à décrire tout ce qui va se passer lors du tournage et dans le film. Pour cela, ils vont traduire le scénario en images, de sorte à avoir une bande dessinée du script.

Le story-board est à ce titre, un document fondateur d’un projet visuel, car il permet de raconter l’histoire, de donner à voir le pré-projet et ainsi de vérifier la continuité visuelle de la narration.

Les méthodes utilisées par le story-boarder varient, mais c’est généralement armé de son crayon qu’il produit le story-board ou le scénarimage d’un projet cinématographique.

En fonction des exigences de la production, le story-board peut être produit sous différents formats (papier, digital) et styles (couleur, en noir et blanc, etc.), mais reste un recueil de croquis avec très peu de texte dans un premier temps.

Le story-boarder y représente le scénario et décrit le mouvement de la caméra, les cadrages, le timing des dialogues, les décors, costumes, postures des personnages, etc. Il y ajoute des descriptions techniques pour les plans plus complexes et des suggestions pour créer l’effet attendu, des gestes à l’émotion.

Sur un projet de jeu vidéo, les story-boarders peuvent se voir confier d’autres tâches comme la conception des personnages.

Le story-boarder fait donc la synthèse des demandes et des contraintes des différentes parties-prenantes d’un film. Il collabore étroitement avec le réalisateur dans le cadre d’un film, avec les équipes d’illustration et d’animation dans le cadre d’un film d’animation, et chaque fois, sous la direction du producteur.

Ses croquis permettent d’éviter de longs débats et de montrer clairement aux équipes les plans à filmer : un gain de temps et de budget.

Grâce à ce document de travail, le producteur peut mettre en place un programme bien détaillé et le réalisateur peut identifier les faiblesses du scénario et tester des supports de communication les plus adaptés.

Selon le projet, le story boarder peut dessiner les scènes à la main ou sur ordinateur. Dans la production 3D, il utilise une palette graphique et l’infographie pour réaliser des images de synthèse.

Les compétences et qualités d’un story-boarder

Un story-boarder doit être créatif et avoir un style évocateur pour pouvoir produire les croquis requis. Outre ses talents d’illustrateur, il possède une excellente maîtrise des logiciels de traitement d’image et de l’infographie.

Il doit faire preuve d’une grande capacité à comprendre des instructions de production complexes, en fonction du projet visuel à produire. De ce fait, il doit pouvoir s’appuyer sur sa connaissance du domaine cinématographique, de l’animation et illustration.

Enfin, le story-boarder doit aussi être apte à travailler en équipe et dans des délais souvent assez courts. Le tout, en sachant garder du temps pour exercer une veille des tendances et techniques du secteur : l’audiovisuel étant un domaine qui connaît une évolution constante et profonde ces dernières années.

Les formations pour devenir story-boarder

Bien qu’une formation universitaire en art et en design soit un important atout, il n’est pas nécessaire d’avoir une qualification formelle pour devenir story-boarder.

La plupart des professionnels qui occupent ce poste aujourd’hui ont développé un certain talent et une passion pour le dessin depuis leur jeune âge et se sont orientés par la suite, vers des études artistiques.

Une formation en art, en graphisme et/ou design, en dessin ou en production médiatique permet d’accéder au métier de story-boarder : des formations proposées par l’école de graphisme CIFACOM.

Outre le dessin, une formation en infographie et en logiciel de traitement d’image est également indispensable. La plupart des candidats choisissent cette carrière comme une alternative au graphisme. Une spécialisation dans le dessin 3D est également possible.

Les débouchés et évolutions de carrière d’un story-boarder

Ce domaine est assez compétitif, notamment sur le secteur des story-boarders 3D.

Le salaire du story-boarder est souvent basé sur son expérience et varie aussi en fonction de la société pour laquelle il travaille et l’importance du projet visuel auquel il participe.

De plus, ce professionnel de l’image peut avoir le statut de salarié, d’indépendant ou d’intermittent du spectacle. Il peut être rémunéré à la planche, à l’image ou à l’heure.

Pour plus de références, un story-boarder rémunéré à l’heure chez Nickelodeon gagne entre 42 et 50 euros (48 $ et 53 $) de l’heure. Un artiste de story-board principal chez Activision gagne entre 7 800 euros et 8 600 euros par mois (107 000 $ et 117 000 $ par an).

Partagez
A lire aussi
lien
ATELIER POP-UP !
actualité
ATELIER POP-UP !
Les Buttes Chaumont en pop-up réalisés par nos élèves du BTS Design Graphique 1ère année